juil 7
10

Choisir sa carte son

Choisir sa carte son

D-JIA (Nicolas Giannuzzi), compositeur et Sound Designer sort sa deuxième rubrique sur la musique assistée par ordinateur, il nous conseillera cette fois-ci sur le choix d’une carte son.

Trouver une carte son qui répond à  ses besoins n’est pas une chose aisée. Les marques ne cessent de proposer différentes solutions avec de nombreuses caractéristiques techniques. Nous allons donc voir qu’est-ce réellement une carte son et quels sont les repères pour trier et effectuer le bon achat.

En ce qui me concerne, j’en possède une pour pouvoir brancher un casque et deux enceintes de monitoring tout en restant indépendant des caractéristiques de l’ordinateur. Par ailleurs, je branche un micro pour utiliser un vocodeur et divers synthétiseurs. Je peux la considérer comme le coeur de mon système étant donné que c’est par là  que transite le son.

I/ Caractéristiques principales d`une carte son

1) Connectiques

Entrées analogiques : elles permettent de faire entrer une source sonore dans la carte son. Ma voix capturer par un micro ou le son d’un synthétiseur. Il y a différents types d’entrées analogiques mais principalement des entrées Jack 6.35 et XLR (Voir ci-dessous).

Jack 6.35

Jack 6.35 :

Un Jack peut être de différentes tailles. Dans une carte son généralement nous trouverons des jack 1/4″, soit 6,35 mm. Plus rarement, des jack 3,5 mm qui correspondent aux prises des casques pour les lecteurs MP3.

XLR

XLR :

L’origine du nom vient de la société Cannon. Le L de XLR signifie « Latch » pour le loquet et le R signifie « Rubber » pour le ruban. On trouve généralement ces câbles pour brancher des micros. Ils ont l’avantage d’être robuste et d’avoir un clip de sécurité.

combo XLR Jack

Combo Jack/XLR :

Ces connectiques sont très couramment utilisées surtout dans les cartes sons d’entrée de gamme car pour un même emplacement on peut brancher un Jack 6.35 ou un XLR indifféremment. Ceci à  pour conséquence d’économiser de la place et de réduire le nombre d’entrées car on ne peut pas brancher les deux en même temps.

Sorties analogiques : elles permettent de faire sortir le son pour l’envoyer dans un casque, des enceintes ou une console de mixage.

Entrées et sorties stéréo RCA : appelées aussi CINCH, elles sont couramment utilisées pour l’audio et la vidéo. Le câble rouge est pour le son à  droite et le blanc à  gauche (Voir ci-dessous).

RCA

RCA :

Le nom  « RCA  » vient de « Radio Corporation of America ». Très utilisé depuis les années 70 pour les cassettes audios mais depuis l’arrivé du numérique on a tendance à  préférer le HDMI.

Entrées et sorties numériques : principalement S/PDIF (Sony Philips Digital Interface), elle permettent de travailler le son sur du matériel numérique possédant une connectique compatible. Cela permet d’éviter l’utilisation des entrées et sorties analogiques et ainsi ne pas faire une conversion (Voir ci-dessous).

num-opt

S/PDIF optique :

Sous sa forme optique, c’est à  dire avec de la fibre optique utilisant un connecteur TOSLINK. Son nom vient de TOShiba-LINK et LINK voulant dire lien.

S/PDIF coaxial :

Sony/Philips Digital InterFace pour Interface numérique Sony/Philips a été conçu pour transmettre des données audionumériques. Ici, nous l’avons sous sa forme coaxiale en cuivre.
 

Entrées et sorties MIDI : la norme MIDI est une interface de communication qui permet à  plusieurs instruments de fonctionner ensemble. Cela sert, par exemple, à  contrôler le son d`un synthétiseur logiciel avec un clavier MIDI externe. Aujourd’hui on trouve de plus en plus de solutions USB pour le MIDI, d’ailleurs tous les contrôleurs MIDI récents possèdent un port USB pour directement communiquer avec l’ordinateur sans passer par une carte son (Voir ci-dessous).

midi

MIDI :

La norme midi a été développé par Dave Smith au début des années 80. Elle permet d’échanger des données entre les instruments électroniques. Des signaux pour donner des ordres sont envoyés dans cette connectique à  5 broches.

Connexion avec l’ordinateur : il y a différentes façons de connecter une carte son à  un ordinateur. Généralement, un port firewire 400, 800 ou un port USB 2. Nous pouvons trouver aussi des cartes sons se mettant à  l’intérieur de l’ordinateur avec une connexion PCI (Voir ci-dessous).

PC

Firewire – USB :

Deux connectiques permettant de relier la carte son à  l’ordinateur. Firewire a été inventé par Apple au début des années 90 et permet une transmission avec un haut débit, c’est très important pour les projets lourds. L’USB est une autre façon de transmettre des informations et est théoriquement plus lent que le Firewire, mais il a tendance à  être plus démocratisé.

2) Convertisseur

Le nombre de bits : important pour la qualité du rendu sonore. Actuellement les cartes sons proposent une résolution de 16 ou 24 bits la plupart du temps. Plus le nombre de bits est élevé, plus le son sera précis. Avec 16 bits, cela représente 65 536 possibilités de valeurs. Pour 24 bits, on atteint 16,7 millions possibilités de valeurs. Les CD Audio travaillent avec une résolution de 16 bits. Dans un contexte professionnel il est préférable de travailler au minimum avec 24 bits et de convertir tout à  la fin en 16 bits.

L`échantillonnage : Il s`agît d’une fréquence exprimée en hertz. Théoriquement c`est le nombre d`échantillons produits chaque seconde. Plus cette fréquence est élevée et meilleure sera la qualité. L`oreille humaine est capable d`entendre les sons allant de 20 Hertz à  20 KiloHertz. Pour enregistrer un son de bonne qualité, il faut au minimum travailler avec une fréquence de 44,1 KiloHertz. Cette dernière correspond aux normes des CD Audio. Toutefois, si la carte son le permet il est conseillé de travailler à  48 KHz.

3) Pilotes audios

Quand on connecte sa carte son sur l`ordinateur, le séquenceur audio nous propose de faire un choix sur le pilote a utilisé. Nous allons présenter les trois principaux :

WDM : Windows Driver Model est un pilote sur Windows pour gérer le flux audio et vidéo. Il est apparu sur Windows 98SE.

ASIO : Abréviation de  «Audio Streaming Input Output » pour Entrée Sortie de Flux Audio. Il a été développé par la société Steinberg. L`intérêt majeur de l`utilisation de ce pilote est la performance face au WDM ainsi que la faible latence. Généralement les cartes sons professionnelles sur Windows utilisent l`ASIO.

CoreAudio : Il permet d`utiliser la partie audio du système d`exploitation d`Apple Mac OS X. Il gère les protocoles audio et MIDI. Les cartes sons sur Mac utilisent le CoreAudio.

III/ Une carte son pour chaque budget

Avant d`effectuer un achat il faut savoir ce que la carte son est capable de faire. Elles ont toutes à  la base la même fonction, acheminer le son vers un casque, un ordinateur ou une console de mixage. Elles le font toutes avec plus ou moins de qualités et d’options. Elles ne doivent pas altérer le son et être compatibles avec notre matériel en fonction des connectiques. Il faut éviter d’utiliser les cartes déjà  intégrées dans les ordinateurs car elles ne sont pas optimisées pour travailler le son. Nous verrons un aperçu des offres proposées aussi bien pour les gros budgets que les plus petits.

1) Carte son d’entrée de gamme

Entre 100 et 300 euros nous pouvons trouver :

Tascam – US 144 MK2
tascam
Carte son très appréciée pour sa qualité d`enregistrement. Pour un prix abordable elle réalise les principales fonctions d`une carte son de petit Home Studio.

Caractéristiques principales :
– 2 entrées analogiques Jack 6.35
– Entrée et sortie numérique coaxiales
– Sortie stéréo RCA
– 2 entrées XLR avec alimentation phantom*
– Sortie casque
– Entrée et sortie MIDI
– USB

___________________________________________________________

• L’alimentation phantom fournit un courant électrique continu pour un micro qui en a besoin. On pourra parfois trouver « 48V » qui correspond à  la tension de cette alimentation.

Presonus – Audiobox

presonus

Très standard qui n`apporte pas d`évolution surprenante, Presonus est connu pour la qualité de ses préamplificateurs*. Bon rapport qualité/prix. Il est de plus livré avec Artiste Studio One pour découvrir leur séquenceur phare. Très minimaliste c’est un bon début pour s’initier aux cartes sons et à  la musique assistée par ordinateur.

Caractéristiques principales :
– 2 entrées combo XLR/Jack avec alimentation phantom
– 2 sorties analogiques
– Sortie casque
– Entrées et sorties MIDI
– USB

___________________________________________________________

• Un préamplificateur ou préampli sert à  recevoir et adapter le signal avant de l’envoyer à  l’amplificateur. Ce dernier aura le rôle d’augmenter le volume et en théorie sans déformation sonore.

M-Audio – Fast Track Pro

fast-track-pro

Carte son correcte avec un prix bas pour toutes les personnes voulant commencer à  faire de la MAO.

Caractéristiques principales :
– 2 entrées combo XLR/Jack avec alimentation phantom
– 2 sorties analogiques
– 2 entrées et sorties RCA
– Sortie casque
– Entrées et sorties MIDI
– Entrées et sorties numériques coaxiales
– USB

Edirol – UA 25EX

UA25EX

De même, bonne carte son répondant à  la plupart des besoins sans avoir à  investir dans une haut de gamme. Elle a l’avantage d’avoir une entrée et une sortie numérique avec l’optique.

Caractéristiques principales :
– 2 entrées combo XLR/Jack avec alimentation phantom
– 2 sorties analogiques
– Sortie casque
– Entrée et sortie numérique optiques
– Compresseur audio intégré
– Entrée et sortie RCA
– Entrées et sorties MIDI
– USB

2) Carte son haut de gamme

Pour un home studio plus conséquent il est préférable de choisir une carte son avec un nombre d’entrées raisonnable. Dans ce cas, il vaut mieux voir du côté des consoles de mixage*. Dans cette gamme les connectiques seront plus complètes et nombreuses et la qualité de la conversion analogique/numérique sera meilleure. Nous pouvons trouver :

RME – Fireface 800

RME

Cette carte est considérée comme une référence. Elle est réputée pour son routing* étendu, sa qualité audio et ses très bons préamplificateurs. Elles possèdent aussi de nombreuses entrées et sorties avec une très bonne restitution de la dynamique sonore.

Caractéristiques principales :
– 10 entrées et sorties analogiques
– 4 entrées micro XLR avec alimentation phantom
– Sortie casque
– Entrée et sortie numérique optiques
– Entrée et sortie numérique coaxiales
– Entrée et sortie MIDI
– Firewire 400 et 800

___________________________________________________________

• Une console de mixage ou table de mixage est un matériel électronique permettant de mélanger des signaux sonores.
• Le routing pour routage en français sont les chemins possibles dans un réseau. Par conséquent, ce sont les différentes possibilités que peuvent emprunter le signal sonore entrant.

Apogee – Ensemble

Apogee - Ensemble

Carte son très pro avec la qualité Apogee connue pour la précision de ses convertisseurs. Développée pour Mac, elle ne possède pas de connecteurs MIDI.

Caractéristiques principales :
– 4 entrées analogiques
– 8 sorties analogiques
– 4 entrées micro XLR avec alimentation phantom
– 2 sorties casque
– Entrée et sortie numérique optiques
– Entrée et sortie numérique coaxiales
– Limiteur intégré
– Firewire 400

MOTU – TRAVELER MK3

motu

Carte son conçue aussi bien pour le studio que la scène et peut être utilisée comme un processeur d’effets*, ce qui est très rare. Elle ne possède pas de connecteurs MIDI.

Caractéristiques principales :
– 4 entrées analogiques
– 8 sorties analogiques
– 4 entrées micro XLR avec alimentation phantom
– Entrée et sortie numérique coaxiales
– 2 entrées et sorties numérique optiques
– Sortie casque

___________________________________________________________

• Un processeur d’effets permet de manipuler le son pour le modifier avec des effets particuliers, par exemple une réverbération.

III/ Etude de la M-Audio FireWire 410

Internet devient un outil fabuleux pour chercher mais décrypter seul les caractéristiques d’une machine n’est pas quelque chose de facile. Je conseille Audiofanzine pour toutes vos recherches car c’est bien détaillé. Nous allons étudier la M-Audio FireWire 410 pour se dégourdir, les informations techniques sont tirées d’Audiofanzine.
schéma-410

Audionumérique :
Convertisseur A/N : 24bits/96kHz.
Convertisseur N/A : 24bits/192kHz.

E/S Analogiques :
2 entrée(s) à  gain variable XLR.
Alimentation phantom.
8 sortie(s) Jack 6,35.
Sortie Casque.

E/S Numériques :
S/PDIF Optique : 1 entrée(s).
S/PDIF Optique : 1 sortie(s).
S/PDIF Coaxial : 1 entrée(s).
S/PDIF Coaxial : 1 sortie(s).

E/S MIDI :
1 entrée(s) MIDI.
1 sortie(s) MIDI.

La partie audionumérique concerne le convertisseur qui permet à  l’ordinateur d’enregistrer un instrument analogique dans un format qu’il peut reconnaître, c’est à  dire le numérique. « A » signifie Analogique et « N » Numérique. Pour convertir de l’analogique au numérique (c’est à  dire enregistrer par exemple une guitare sur un ordinateur), la limite sera de 24 bits et de 96 KHz pour la fréquence échantillonnage. Ce sont des taux élevés qui permettent une qualité sonore plus que correcte étant donné que le format CD est de 16 bit avec une fréquence échantillonnage de 44,1 KHz.

Les entrées analogiques sur cette carte son travaillent en parallèle. Si nous regardons bien il y a 4 entrées, 2 combo XLR/Jack et 2 entrées Jack à  l’arrière. Si nous branchons un Jack en façade, celui de l’arrière sera désactivé. Cependant nous pouvons permuter entre l’avant et l’arrière. Il faut donc bien faire attention de savoir comment la carte son fonctionne pour ne pas se faire piéger lors de l’achat. Par ailleurs, l’alimentation phantom doit obligatoirement être présente car certains micros ont besoin d’un courant électrique pour fonctionner. Les deux sorties casques représentent un réel avantage pour travailler en groupe ou pour tester son mixage avec deux casques différents sans tout le temps enlever et remettre le jack et ainsi abîmer la connectique.

La possibilité d’avoir une entrée et une sortie numériques coaxiales et optiques est avantageuse car on dispose au final de deux sorties numériques et cela permet aussi d’avoir une plus grande compatibilité avec le matériel que nous disposons.

Enfin, nous avons nos très classiques entrée et sortie MIDI. Les cartes sons haut de gamme ne possèdent pas toujours ces connectiques car elles ne sont focalisées que sur la partie audio. En effet, le MIDI n’en n’est pas car c’est du code avec un protocole de communication.

Conclusion

Je conseillerais au début d’investir dans une carte son peu onéreuse pour s’habituer au concept et découvrir ce qu’elle peut nous procurer comme avantage. Puis, évoluer vers une plus haut de gamme si on en ressent le besoin. En ce qui me concerne, j’ai commencé avec une M-Audio FireWire 410 puis une Edirol UA 25EX car elle sont très complètes et répondent tout à  fait à  mes attentes. Pour une haut de gamme, la solution de la RME Fireface est très intéressante car il y a quasiment tous les types de connectiques et elle offre une très bonne restitution du son.

Cette troisième et dernière découverte s`arrête donc ici ! Vous possédez maintenant toutes les connaissances nécessaires pour pouvoir aborder le prochain module qui se consacrera au Sound Design avec un premier chapitre sur l’histoire et l’évolution des synthétiseurs matériels.
___________________________________________________________

Récapitulatif du lexique

• L’alimentation phantom fournit un courant électrique continu pour un micro qui en a besoin. On pourra parfois trouver « 48V » qui correspond à  la tension de cette alimentation.
• Un préamplificateur ou préampli sert à  recevoir et adapter le signal avant de l’envoyer à  l’amplificateur. Ce dernier aura le rôle d’augmenter le volume et en théorie sans déformation sonore.
• Une console de mixage ou table de mixage est un matériel électronique permettant de mélanger des signaux sonores.
• Le routing pour routage en français sont les chemins possibles dans un réseau. Par conséquent, ce sont les différentes possibilités que peuvent emprunter le signal sonore entrant.
• Un processeur d’effets permet de manipuler le son pour le modifier avec des effets particuliers, par exemple une réverbération.

10 Comments to “Choisir sa carte son”

  • salut , document très bien fait claire technique , qui m’a appris beaucoup de petit détails qui je pense feront la différence pour mon future achat ,
    merci

  • Bonne synthèse. Pour ma part, j’ai une question qui ne trouve pas souvent réponse sur les innombrables sites, forums, etc : celle du nombre de convertisseurs A/N par device (carte son OU table de mix). Si on veut faire de l’acquisition de plusieurs pistes en même temps, il faut autant de convertisseurs que d’entrées. Dans les descriptifs techniques, je trouve peu cette info.

  • […] sur les cartes sons à lire sans modérations : http://fr.livingtuts.com/autre/choisir-sa-carte-son/ […]

  • Bonjour,

    Certaines cartes n’ont pas du tout d’alimentation externe.
    Est-ce un critère important à envisager lors d’un achat ?

    Merci pour cet article très instructif.

    • L’alimentation externe, qu’elle soit présente ou non, n’altère pas la qualité du son donc à priori je ne considère pas cela comme un critère décisif.

      Tout dépend de l’utilisation que l’on en fait. En effet, il faut bien de l’électricité à la carte son donc l’alimentation se fera par l’USB et c’est l’ordinateur qui le fournira à travers sa batterie ou son alimentation. Si c’est l’alimentation de la carte son qui est utilisée alors elle ne demandera rien à l’ordinateur. C’est très bien si on utilise l’ordinateur avec sa batterie car ça l’économise (surtout lors d’utilisation intensif).
      On va dire, que l’alimentation externe est un gage de sécurité, mais rien de plus.

      J’ai toujours tourné sur des cartes sons sans alimentation externe et je n’ai jamais eu de problèmes. D’ailleurs les fabricants de cartes son tendent vers ce concept.

  • Bonjour,

    Pourquoi passé du très bas de gamme au très haut de gamme (d’ailleurs dans le milieu pro les cartes pro présentées ici sont du milieu de gamme), je ne vois pas l’intéret, il aurait été intéressant de présenter les carte sons de chez TC electronics, Focusrite par exemple ou d’autres modèles dont les convertos sont de bien melleures qualité….

    Sinon bon article

  • Bonjour,

    si j’ai bien tout lu, je n’ai peut-être pas tout compris malgré la qualité de cet exposé.
    Supposons que l’on veuille brancher un lecteur cd ordinaire, rien à voir avec celui de l’ordinateur, sur une carte son pour ensuite relier l’ampli (ou les 2 amplis) à cette même carte son. Le tout pour obtenir un résultat supérieur en qualité de restitution du son dans les enceintes.
    Cela est-il réalisable? Comment?

    Je résume:
    lecteur cd —-> carte son —-> ampli(s) —-> enceintes.

    Si quelqu’un a une réponse, merci!

  • le meilleur des cartes de son pour votre studio

  • Site très didactique meme si on reste un peu sur sa faim sur certains points techniques.
    Par exemple est il possible en utilisant un convertisseur midi vers usb d’enregistrer le
    son en provenance d’un synthé avec une excellente carte son interne ne possedant
    de port midi ?
    Bref des schémas de raccordements auraient été souhaitables pour appuyer la
    partie théorique et commerciale.
    Peut être la suite …
    Michel

  • […] logiciel fonctionne généralement en conjonction avec une interface audio (carteson) qui achemine les signaux vers et en dehors de l’ordinateur. Normalement, il s’agit […]

Laisser un commentaire

Pub

Connexion

Write for usEcrivez pour nous

- Vous voulez aider la communauté et partager votre savoir ?

- Vous voulez acquérir de la visibilité sur Internet ?

Ecrivez pour nous